De la culture du paradoxe

Comportements... encore. La morale est une technique de vie. La technique a toujours une morale. Le comportement humain utilise l’outil ou la morale, justifiant l’une par l’autre et vice et versa. L’Etre est l’être et le restera tant que la nature ne l’aura pas éliminé, mais en attendant, comme dab, il doit adapter sa façon d’être. Comment éliminer sans tuer ? Parce que il y a toujours le “pousse-toi que je m’y mette” et de plus en plus. Et tuer, paradoxalement, est banni par une Morale. Dès lors, les techniques d’élimination existent toujours mais sont adaptées ! Avant on enfermait, on exilait, bref on punissait. L’éloignement existe toujours. Si tu ne penses pas, que tu ne consommes pas, bref que tu ne vis pas comme nous, tu ne nous appartiens pas ! Alors démerde-toi et crève, on n’est pas responsables !
mag

La mode à prix sympa

Vous êtes accro au shopping sans en avoir vraiment les moyens ? Ou au contraire vous ne savez que faire avec vos vêtements qui s’entassent dans votre garde-robe? Il existe plusieurs solutions pour remédier à ces deux problèmes… La customisation de vos vêtements peut être une solution. Nous avons toutes et tous dans notre penderie des […]
Système D

Les jardins et potagers collectifs

Le printemps est de retour, les oiseaux chantent et l’herbe est verte… Mais enfermés au milieu des immeubles en plein centre ville, vous ne la voyez pas ! En plus, le prix des fruits et légumes explose ! Il est grand temps de vous faire la main verte et de vous diriger vers un potager collectif. Vous […]

Quand des supporters de foot théâtralisent leur quotidien.

« Je suis supporter de foot » ! On parie que la phrase en fera sourire ou soupirer plus d’un… il y a les clichés que ça évoque : bière et pizza, klaxons, «Le plus important, c’est les trois points », « Le public, c’est le douzième homme »… C’est normal, c’est fait pour. Pourtant, c’est derrière ce titre pour le […]

Les « 2-3 G » prennent le relais de la culture chilienne à Liège

La fermeture du centre culturel chilien de Liège a laissé un vide dans la vie des exilés natifs du Chili qui peuplent la Cité ardente. Pour le combler, des jeunes décident de mettre en place une association, la « 2-3G jeunes Chiliens » — un projet à la fois communautaire et intergénérationnel. Ce rassemblement a pris une force singulière depuis l’organisation de la « Fiesta Loca » le 9 avril dernier. Nous avons rencontré deux des organisateurs, Vladimir Valderrama (appartenant à la troisième génération) et Ercilia Aguilera (de la seconde génération), afin qu’ils nous parlent de cette av [...]

Orphelins de gauche

1990. Les réalités socialistes se désagrègent de toutes parts. A Bologne, à l’issue du 19ème Congrès du PCI, le plus grand parti communiste d’Europe occidentale, son secrétaire, Achille Occhetto, éclate en sanglots : il vient de proclamer la dissolution définitive… En Italie, comme partout dans le monde, des millions de communistes accusent le coup, déboussolés, en colère ou libérés. C’est la fin d’un monde. Le grand saut. Une rupture avec les schémas du passé, sans vrais modèles pour l’avenir. Juste l’incertitude du présent.

En retrait

Aussi loin que l’on puisse remonter dans l’Histoire, l’exil semble avoir toujours existé. Que cela soit l’exil d’un homme ou d’un peuple, qu’il soit volontaire ou non. D’abord parce que l’exil est une méthode qui peut être employée afin d’écarter certaines personnes “à risque” des sphères du pouvoir, mais aussi parce qu’il permet à des personnes menacées par ce dernier de fuir. Emile Zola incarne un modèle puissant d’exil politique qui a marqué son époque.

La désindustrialisation, un exil sans histoire ?

1984, sale époque pour la classe ouvrière. Etienne Davignon, commissaire en charge de l’industrie, met la sidérurgie européenne sur la voie de la restructuration. Cockerill, géant wallon du secteur, suit son plan. Valfil et l’aciérie LD, fleurons technologiques du bassin liégeois, sont exilés en Chine. Presque trente ans après ces faits, dans un documentaire sonore […]

Du néorural à la nouvelle campagne : trente ans d’hybridation

Le « néoruralisme » -excusez le barbarisme- est un phénomène loin d’être neuf. Le terme a progressivement fait son apparition après la vague de “rurbanisation” précédant l’exode rural des années 60-70. Depuis lors, de nombreux citadins ont migré vers les campagnes pour y prendre «une bouffée d’air pur », que la ville ne leur apportait plus. Progressivement, nos campagnes se sont transformées. Mais parler des néoruraux, c’est avant tout évoquer des récits de vie.

Dans la Banlieue du Travail Salarié

Pendant que les institutions conçoivent encore le contrat de travail à durée indéterminé comme le socle de la sociabilité, les expériences professionnelles qui impliquent un exil de ce territoire, désormais plus fantasmé que réel, sont toujours plus nombreuses. Elles se mènent dans la Banlieue de Travail Salarié où tente de s’organiser la production – dans […]

Les ascenseurs de la vie

On peut vite grimper dans l’ascenseur social. Mais on peut aussi très vite dégringoler les étages. Michel et Dominique l’ont vécu dans leur chair. Leur histoire est celle d’un double exil : forcé et tortueux, d’abord, puis finalement choisi et serein

L’impossible exil de la logique carcérale

Ceux qu’on exile derrière les barreaux y retrouveront trop souvent le monde dont ils ont enfreint les règles… en pire! La punition sert d’avantage à marquer au fer rouge les individus, comme pour les signaler, qu’à atteindre une illusoire réinsertion. La logique mise en œuvre à travers les faits reste dangereusement celle d’un bannissement à l’intérieur de la société.

Un nippon dans la ville

On ne choisit pas toujours de quitter son pays et les siens pour fuir une conjoncture économique, une instabilité politique ou pour échapper à la guerre, à la dictature. Certains exils ont des motifs très singuliers, personnels. Celui qui poussa Toshiyuki Matsukuma à quitter le Japon pour la Belgique appartient à cette catégorie-là.

Entre-deux

Mazdak est Iranien. Il a une cinquantaine d’années et est arrivé en Belgique avec la première vague d’émigration iranienne vers le milieu des années 80. Mazdak pratique diverses disciplines artistiques. Babak est Iranien lui aussi. Il a cinquante-deux ans. En Iran, il avait commencé des études artistiques. Une fois en Belgique, il choisit par facilité de s’inscrire dans une école artistique, même s’il préfère la littérature. Plus tard, il refait une formation dans les métiers du bâtiment afin de pouvoir gagner sa vie.

Déplacement …

Elias Sanbar est un historien, poète et essayiste palestinien né à Haïfa en 1947. Il a à peine quinze mois lorsque sa famille s’installe au Liban après la proclamation de l’État d’Israël. En 1969, il poursuit ses études à Paris. Il enseigne ensuite le droit international à Paris VII. Il enseigne aussi au Liban puis aux Etats-Unis, à l’université de Princeton. En 1981, Elias Sanbar participe à la fondation à Paris, de la Revue d’études palestiniennes, organe de diffusion de l’Institut des études palestiniennes. Il est actuellement ambassadeur de Palestine auprès de l’UNESCO.

Une vie sans frontières ?

Pour réaliser leurs rêves de voyages et assouvir leur désir de rencontrer d’autres cultures, les expatriés n’hésitent pas à s’exiler – laissant derrière eux leur famille, leur pays et leurs réseaux sociaux. Ils s’engagent dans une ONG ou mènent une carrière dans une multinationale : les parcours de chacun divergent, mais leurs expériences construisent une communauté cosmopolite. Qui promène sur toute la surface du monde un nouveau modèle de travailleurs « en transit » — plus ici et pas vraiment là-bas. Une classe dont la « supériorité » pourrait bien consister à être toujours potentielle [...]

Business as usual

L’exil génère des flux, des passages entre ici et l’ailleurs. Des flux à l’intersection de la grande et de la micro-économie : que ce soit à travers les Western Union, les Phone Centers, voire d’autres types de business…, les communautés exilées se recomposent et reconstruisent un « ici et maintenant » viable, qui leur permet de rester connectées de diverses manières avec « là-bas ». A Matongé comme ailleurs, les exilés profitent de la nécessité de se constituer comme microsociétés qui génèrent petits et grands business. Dans les récits qui suivent, on découvre ce qu’on peut a [...]

De l’autre côté des genres

Comment se confronte-t-on à la norme dominante lorsqu’on est gay, lesbienne, transgenre et autres mutant/e/s ? Comment la faire évoluer ? Faut-il s’en exiler radicalement ? Ou plutôt créer des réseaux souterrains où le spectre du genre et de la sexualité est tout en fluidité et transformation ? Ou encore faire des allers-retours entre ces réseaux mutants et le monde tel qu’il est, s’y confronter pour le faire évoluer ? Le mouvement queer passe le genre et la sexualité à la moulinette, faisant surgir des modèles improbables et futuristes avec lesquels la société devra bien finir par comp [...]

Schizoïdie civilisationnelle: l’exil intérieur

« Il est complètement schizo ! » Combien de fois entend-on ce jugement, face à quelqu’un qui adopte un comportement étrange ? Ou dont on veut simplement médire. Oui mais, schizo-phrène ou schizo-ïde ? C’est que les deux termes, d’origine savante, médicale, ne se recouvrent pas, ou pas complètement, bien qu’on les confonde allègrement.

Exilés de demain : Quels seront leurs visages ?

Qui seront les exilés du futur ? Quelles vont être les causes les obligeant à partir ? S’agira-t-il d’un exil, d’un exode à l’international, d’un déplacement de population dans un même pays ou dans une région autour de ce pays ? Les causes sont multiples et évoluent selon différents facteurs: la démographie, les grandes inégalités du monde, les crises politiques, les catastrophes environnementales, la destruction de la famille dans certaines régions du Sud et l’urbanisation croissante risquent d’entraîner l’exil d’une importante partie de la population du globe.

Dans le tonneau de Diogène… continue

Suite à la richesse et à la diversité des interventions dans le tonneau de Diogène en off/before du Festival de Liège, « d’Une certaine gaieté » et plusieurs des intervenants souhaitent prolonger l’aventure… pour que circule le Tonneau et la parole de(s) Diogène(s) moderne(s).

Engagements

« Egin » signifie « faire » en basque. Leur musique est inspirée des traditions populaires et folk mondiales, sorte de patchanka qui explore les genres musicaux les plus disparates. EGIN, un groupe en lutte Né en janvier 1999, le groupe EGIN propose une musique inspirée des traditions populaires et folk mondiales, des Pays Basques […]

Le Printemps de l’Irrévérence : «Avec l’accent liégeois, Mai 68 se dit février 69»

Week End Spécial Cirque Divers / D’Une Certaine Gaieté 18, 19 et 21 mars 2011 – Centre Wallonie-Bruxelles – Paris. – en collaboration avec la Province de Liège

Les francophones de Flandre

Après avoir tenu le haut du pavé à l’époque de la « Belgique de papa », les Francophones de Flandre sont aujourd’hui relégués dans les oubliettes de l’histoire nationale. Certains doutent même de leur existence, incertitude que permet l’interdiction des recensements linguistiques depuis 1947, obtenue par le mouvement flamand. Ces recensements avaient le malheur de plonger dans la déprime les flamingants, gagnés par la paranoïa de la « tâche d’huile » francophone sur le sol sacré des Flandres. Une étude de 2010 de l’Association pour la promotion de la francophonie en Flandre (APFF) [...]

L’Eglise ouvre ses portes

Le douze mars dernier, à Bruxelles, une Eglise assez particulière ouvrait ses portes au grand public. Tout un mélange bigarré de nationalités s’y sont retrouvées pour débattre de sujets universels, tels que les droits de l’homme, l’alphabétisation, la lutte contre la criminalité, les drogues et l’excès de médicaments…Les thèmes de campagnes étaient vastes et leurs objectifs on ne peut plus louables. Mais la principale difficulté provient de la mauvaise réputation de l’Eglise en question : la Scientologie n’est pas bien vue dans nos contrées et le terme de secte qui lui colle à la peau n’ [...]

Le Bon Appétits ! Gnocchis

« Montegnée, mai 1950 Mamma, Ton fiston, loin de toi, est toujours aussi beau, grand et fort, mais il a perdu son teint halé. Eteint le teint du temps d’avant, sous notre bon soleil italien. On n’a pas bonne mine quand on travaille dans le charbon. Mon charbonnage s’appelle l’Espérance. Drôle de nom pour l’enfer, […]

Stas Academy

Stas Academy
Pour répondre à ceux qui m’ont signalé qu’il était bien difficile de se procurer les livres (occultés) de Marc-Édouard NABE, je file un bon tuyau : des Morceaux choisis de l’affreux bonhomme sont disponibles aux éditions Léo Scheer : quasi 500 pages pour une vingtaine d’euros. Une nommée Angie Davis a choisi et ordonnancé les […]